Cinq questions à la présidente de l’Université Hassan II de Casablanca sur les préparatifs pour la rentrée universitaire 2021-2022

La présidente de l’Université Hassan II de Casablanca, Hayar Aawatif, a révélé dans un entretien à la MAP et à sa chaîne de télévision M24 et RIM Radio, les mesures pratiques qui ont été prises dans le cadre des préparatifs pour que la saison universitaire 2021-2022 se déroule dans de bonnes conditions, en tenant compte notamment des mesures de sécurité et d’égalité des chances.

Q1- Vous avez affirmé auparavant que l’enseignement à distance a connu un grand succès l’année dernière. Pensez-vous poursuivre cette année la même démarche ?

Je souligne que « l’enseignement à distance » contribue à assurer un enseignement de qualité en général surtout en cas de sureffectif ou de difficulté à s’inscrire dans les établissements universitaires.

Pendant la pandémie, cette méthode a permis aux étudiants de bénéficier de l’enseignement dans de bonnes conditions avec l’égalité des chances, et à titre d’exemple, l’étudiant assis au quinzième ou au vingtième rang dans un amphithéâtre, qui comprend 500 étudiants ou plus, se situe à la même distance numérique et la preuve c’est ce qui a été confirmé par les derniers résultats scolaires obtenus et qui étaient meilleurs que ceux enregistrés les années précédentes car nous avons veillé dans ce cadre à ce que l’évaluation se déroule dans de bonnes conditions en adoptant plusieurs méthodes de nature à contribuer à réaliser l’égalité des chances et à éviter les cas de triche.

Pour cette année et dans l’attente des résultats des recommandations des autorités concernées et du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, dont le contenu doit être respecté tout en observant les conditions de sécurité sanitaire, je souhaite qu’à la rentrée scolaire, prévue début octobre, l’enseignement se déroulera à la fois en présentiel et à distance pour éviter le sureffectif.

Q2- Au cas où l’enseignement en présentiel serait adopté, quelle mesure comptez-vous prendre avec le lancement de la saison universitaire afin d’assurer la sécurité sanitaire des étudiants, des cadres pédagogiques et administratifs et aussi éviter la propagation de l’épidémie du Coronavirus ?

Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination, l’Université Hassan II de Casablanca a mené une vaste action de sensibilisation des étudiants à travers les canaux numériques, les canaux des établissements relevant de l’université en plus de capsules vidéos, et je tiens à remercier les étudiants pour le comportement dont ils ont fait preuve afin de contribuer à lutter contre l’épidémie dans notre pays, et d’aider également les autorités sanitaires à éradiquer la maladie surtout que le recensement numérique réalisé par les établissements universitaires indique que 70 pc des étudiants ont bénéficié jusqu’à présent de la première dose de vaccin et 30 pc des deux doses, et à mon avis, ce constat est une indication que la rentrée universitaire se déroulera dans de bonnes conditions.

Toutefois, nous veillerons à respecter pleinement le protocole sanitaire notamment le port du masque, la distanciation physique, le lavage des mains et d’autres mesures sanitaires, et dans ce cadre, il a été procédé à l’installation de caméras thermiques à l’entrée des établissements universitaires pour mesurer la température corporelle des personnes qui affluent quotidiennement vers ces établissements.

Q3- Est-ce qu’il y a des mesures supplémentaires que vous comptez prendre pour assurer une année universitaire réussie ?

Concernant les précautions sanitaires, il a été décidé en partenariat et en coopération avec les autorités locales et sanitaires et le ministère de tutelle, de mettre en place plusieurs centres de vaccination au sein des établissements universitaires comme contribution à l’accélération et la généralisation de l’opération de vaccination notamment dans le sillage de l’enseignement en présentiel, et ces centres seront créés au niveau des grands pôles de l’université Hassan II de Casablanca.

Un centre de vaccination a été également mis en place à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales d’Ain Chock, en plus d’un centre à la faculté des sciences de Ben M’Sik et d’un autre centre à la faculté de Droit et l’Ecole nationale de commerce et de gestion. De même, un centre sera créé à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Mohammedia.

Q4- Que pensez-vous de la décision de reporter la rentrée scolaire au début octobre. Est ce que cette mesure a aidé à parachever les préparatifs pour que la rentrée universitaire se déroule dans de bonnes conditions ?

Le report de la rentrée scolaire au début d’octobre est « une décision juste » car elle a permis à l’université de parachever les préparatifs pour la rentrée universitaire surtout que l’établissement s’apprête, à l’instar des autres universités, à entreprendre la première expérience concernant le diplôme de Bachelor qui s’appuie en grande partie sur les équipements et les plateformes numériques.

Après avoir entamé, en juillet dernier, la formation des enseignants à la méthode d’élaboration des plateformes et la présentation des explications aux étudiants concernant les plateformes linguistiques et les compétences personnelles qui ont nécessité de grands crédits d’investissement, l’université Hassan II a réussi à proposer le plus grand nombre de passerelles de Bachelor, soit plus de 20 passerelles agréées par l’Agence nationale d’évaluation et d’assurance qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et qui seront ouvertes dans cinq établissements universitaires, dont trois dans les facultés de Droit d’Ain Chock, Mohammedia et Ain Sebaa, outres les facultés des lettres.

En attendant la présentation d’un manuel expliquant la nature de ces plateformes et comment y accéder facilement, les préparatifs sont en cours à travers des réunions à distance avec les enseignants, les encadrants et les présidents des établissements intéressés concernant même l’aspect lié à l’emploi du temps des groupes d’étudiants et les moyens de réaliser le principe d’égalité des chances entre les étudiants.

Q5- Concernant les étudiants qui s’apprêtent à s’engager dans l’expérience du Bachelor, quelles sont les voies pouvant être empruntées, est-ce qu’il y a des garanties pour obtenir ce diplôme dans un délai rapide et quelle est l’implication de ces garanties sur le marché du travail ?

L’obtention du diplôme de Bachelor nécessite quatre ans et la réalité c’est que 240 modules peuvent être réalisés en trois ans environ et l’importance du Bachelor consiste dans le fait qu’il s’agit d’une opportunité offerte aux étudiants pour obtenir leur diplôme dans un laps du temps identique à la période actuelle, tout en parachevant le parcours universitaire en disposant de capacités linguistiques (arabe, français, anglais et amazigh en ce qui concerne l’université Hassan II de Casablanca), ainsi que de compétences personnelles et de modules d’ouverture permettant à l’étudiant un accès facile au marché du travail et de manière qui répond aux besoins des unités de production et de service.

Il est à rappeler que l’université a adopté une certaine forme de flexibilité en engageant la réflexion pour dispenser des cours diplômants après chaque semestre, le but étant d’aider les étudiants à se débarrasser de plusieurs modules obligatoires, dont les langues et les compétences personnelles constituent 30 pc, et auxquels s’ajoutent les modules de connaissances.