Le calligraphe Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen

En ouverture de sa nouvelle saison, le Centre culturel « Les Étoiles de Sidi Moumen » à Casablanca fête l’art de la calligraphie à travers une exposition des œuvres d’Abdeslam Rihani, qui se tient du 23 au 31 janvier courant.

Les travaux de Rihani, reconnu par les critiques d’art pour sa finesse des traits et ses choix de couleurs chaleureux, emmène le contemplateur dans un univers spirituel et onirique riche qui mêle technicité de l’art calligraphique et la beauté de l’esthétique abstraite.

En marge du vernissage de son exposition, il a confié à la MAP qu’il a une nette préférence pour les styles calligraphiques marocains, en utilisant notamment le dessin à l’encre sur papier ou sur cuir.

Il a fait remarquer que des artistes marocains, voire maghrébins, optent souvent pour la calligraphie arabe orientale, alors que l’écriture marocaine recèle un nombre de qualités particulières ayant concouru à sa large diffusion dans la région et dans le monde.

Abdeslam Rihani, 37 ans, est un calligraphe natif de Fès, passionné d’arts traditionnels, qui choisit très tôt de se consacrer à la culture maghrébine islamique et à la richesse de l’identité marocaine.

Entrepreneur spécialisé dans la restauration d’anciens bâtiments traditionnels, Rihani est aussi directeur artistique du festival international de calligraphie arabe de Fès, où il œuvre à initier les nouvelles générations à l’art de l’écriture, selon des données biographiques fournies par la Fondation Ali Zaoua, en charge de la gestion du Centre culturel « Les Étoiles de Sidi Moumen ».

A cet effet, les amateurs de calligraphie arabe à Casablanca auront l’occasion d’en apprendre plus sur les techniques d’écriture des textes sacrés lors d’un atelier prévu dimanche dans ledit Centre, à partir de 10H00.