La coopération transversale à l’origine de l’invention d’un dispositif marocain de suivi des pathologies de la prostate (Pr Rabii)

=Par Jalal Chouhani=

La coopération transversale entre la médecine, le biomédical, les ingénieries et les domaines de l’intelligence artificielle a permis d’inventer un dispositif marocain qui permet un suivi précis des patients souffrant d’une hypertrophie bénigne de la prostate, a affirmé Pr Redouane Rabii, professeur de l’enseignement supérieur en urologie, qui a conduit les études ayant permis cette invention.

Mis en place grâce à une coopération entre la Fondation de Recherche, de Développement et d’Innovation en Sciences et Ingénierie (FRDISI), l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé (UM6SS) et l’hôpital Cheikh Khalifa, ce dispositif qui permet de calculer le débit urinaire pour les patients qui ont une prostate, aide le médecin traitant à prendre la décision de donner un traitement ou d’opérer, a-t-il indiqué dans un entretien à la MAP et sa Chaîne d’information M24.

Cette invention, qui a vu le jour au bout d’un an de recherches et de tests cliniques, a été facilitée par l’expertise de la FRDISI en matière de l’intelligence artificielle et l’expérience acquise par les médecins marocains dans le domaine du traitement des pathologies liées à la prostate, s’est-il félicité.

Et de relever que ce dispositif est de nature à faciliter la prise de décision quant à la nécessité ou non d’une intervention chirurgicale et à prévenir par conséquent les cas dans un stade avancé.

Le dispositif inventé par les chercheurs marocains permet d’une part de réduire le coût dans la mesure où l’appareil qui procède à ce suivi existe sur le marché mais reste « trop cher et volumineux », a remarqué Pr Rabii, notant le dispositif sera utile pour « la surveillance d’une pathologie fréquente dans les cabinets, mais aussi à distance, via l’installation d’une application sur le Smartphone ».

Cette invention, qui permet d’archiver les données de chaque patient, peut, à terme, être « miniaturisée puis généralisée » aux hôpitaux et cabinets, ce qui permet même au médecin généraliste de suivre un patient souffrant d’une hypertrophie bénigne de la prostate, s’est félicité le scientifique.

L’invention s’inscrit en droite ligne des efforts visant à promouvoir l’innovation dans le domaine de la médecine, a dit le professeur Rabii, également président de l’Association Marocaine d’Endo-Urologie (AMEU), relevant que le progrès réalisé au Maroc en matière de traitement de la prostate est un « modèle en Afrique ».

A cet égard, il a souligné que le Maroc est parmi les premiers pays du continent à recourir à la chirurgie endoscopique pour le traitement des pathologies liées à la prostate, notant que cette chirurgie a révolutionné le traitement de la prostate pour laquelle une personne de 60 ans sur trois se fait opérer au Maroc.

Et d’ajouter que grâce à la chirurgie ambulatoire, le traitement de la prostate est de plus en plus banaliser vu que les patients opérés peuvent quitter le même jour l’hôpital, alors qu’avant, ce genre d’opérations nécessitait trois à quatre jours d’hospitalisation.

Evoquant le congrès annuel de l’Association Marocaine d’Endo-Urologie baptisé « 3rd North African Congress of Urology (NACU) & 10th International Meeting on New Debate Congress in Urology », Pr Rabii a souligné que l’AMEU ambitionne de promouvoir l’innovation, la formation continue et la recherche scientifique, relevant que ce congrès a été l’occasion de partage d’expériences et d’expertise entre des scientifiques marocains et étrangers.

Au fil des ans, ce congrès est devenu un rendez-vous scientifique annuel pour exposer les nouveautés en matière d’urologie au niveau mondial et les progrès réalisés au Maroc dans ce domaine, s’est félicité Pr Rabii.