La loi relative à la liberté des prix et de la concurrence vise à protéger l’investisseur

La loi relative à la liberté des prix et de la concurrence vise à protéger l’investisseur contre les pratiques non concurrentielles, a souligné jeudi à Casablanca, le président du Conseil de la concurrence, Ahmed Rahhou.

« La loi relative à la liberté des prix et de la concurrence vise à supprimer les obstacles d’entrée au marché en le rendant ouvert et accessible à l’investisseur », a expliqué M. Rahhou lors d’une conférence-débat initiée par ESCP Business School alumni.

Ladite loi est également bénéfique pour le consommateur puisqu’elle le protège pour avoir les meilleurs services et produits au meilleur prix et protège l’investisseur contre toute pratique non concurrentielle, a-t-il précisé.

A cet égard, M. Rahhou a fait état de cinq critères à même d’assurer le « bien-être » du consommateur, à savoir la disponibilité du produit en veillant sur la pluralité des acteurs, la possibilité de choisir entre une diversité de produits, la qualité des produits, le prix et l’innovation puisque pour rentrer dans un marché « il faut faire preuve de créativité ».

Il a par ailleurs cité quelques pratiques et techniques concurrentielles interdites, notamment les ententes sur les prix, le refus de vente, le dumping et l’abus de position dominante.

Et de préciser néanmoins que la position dominante « en elle-même n’est pas interdite, mais plutôt son abus qui empêche autrui d’accéder au marché ».

Le président s’est aussi arrêté sur quelques missions du conseil, par exemple le règlement des litiges, le traitement des plaintes et la réponse aux avis, précisant que parmi les fonctions de cette institution est « d’assurer des contrôles à priori et à postériori ».

Traitant du thème « droit de la concurrence, entre protection du consommateur et garantie pour l’investisseur », cette conférence-débat a été modérée par Mostapha Mellouk.