L’AIAC Mohammed VI face aux défis du secteur et à l’impact de la pandémie: Quatre questions à M. Menou

( أجرى الحديث رشيد العمري )

Le directeur de l’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile (AIAC), Abdellah Menou, a évoqué, lors d’un entretien à la MAP, la réalité et les perspectives de cet établissement qui a fait de la crise du Coronavirus un tremplin pour réaliser davantage de développement et répondre aux défis posés par le secteur au niveau international.

Q- La crise du Coronavirus a été un obstacle ou un tremplin pour la réalisation du programme adopté par l’AIAC dans son parcours de formation ?

R- En réaction aux impacts de la conjoncture exceptionnelle liés à la pandémie, l’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile s’est engagée de manière efficace et professionnelle dans l’opération d’enseignement à distance conformément à la décision du ministère de tutelle de suspendre les études en vue d’assurer la sécurité sanitaire des différents acteurs du secteur de l’enseignement supérieur notamment les étudiants, les enseignants chercheurs et les cadres administratifs.

Il est à souligner que la crise sanitaire n’a pas été un obstacle pour l’Académie mais plutôt un tremplin et une opportunité pour réaliser un changement positif et améliorer ses performances surtout que l’AIAC a mis en œuvre une nouvelle expérience basée sur l’enseignement à distance et la communication via l’Internet avec l’adoption de plusieurs programmes, plateformes numériques et pédagogiques comme « Microsoft Teams » et « Google Meet » qui constituent des outils pratiques pour la diffusion des cours, des conférences vidéo et des contenus pédagogiques.

Une adresse électronique a été également créée pour chaque étudiant, enseignant et cadre pédagogique, tout en veillant à l’encadrement des acteurs éducatifs sur le mode d’utilisation des plateformes numériques.

Grace à ces efforts, l’Académie a pu réussir dans sa mission, l’enseignement à distance a contribué à réaliser à 100 pc les programmes du cycle des ingénieurs, et ce taux a atteint 120 pc après l’ajout des cours de révision et des indemnités horaires, et ce constat a été confirmé par un sondage d’opinion auprès des étudiants qui ont exprimé à 91 pc leur satisfaction de la nouvelle expérience qui leur a permis d’acquérir plus de connaissances et de compétences et qui a joué un rôle efficace dans la communication entre les enseignants et les étudiants, soit à travers une adresse électronique, les forums de discussion, les concours scientifiques ou les conférences virtuelles.

Q- Quels sont les plus importants acquis réalisés par l’Académie au cours de l’année écoulée ?

R- Face à cette situation sans précédent, la réaction de l’Académie a été marquée par une grande efficacité et l’esprit d’initiative, et grâce aux efforts intensifs, la saison académique 2020-2021 a enregistré une augmentation du nombre de nouveaux étudiants inscrits avec un total de 458 étudiants en formation de base.

Aussi, les résultats de cette année font ressortir que 117 étudiants ont obtenu leurs diplômes, dont 22 ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne, 28 ingénieurs électroniciens des systèmes de la sécurité aérienne et 67 ingénieurs d’Etat dans les spécialités de l’Ingénierie de l’information , le génie électrique, l’électronique et les communications et le génie industriel et de production.

Parmi les réalisations de l’Académie au cours de la même année figurent également l’adoption de cycles de formation et des cahiers de normes pédagogiques conformes aux nouvelles normes des établissements d’enseignement supérieur, outre le renouvellement du certificat de formation des contrôleurs aériens par la direction générale de l’aviation civile, et du certificat du système de management de la qualité « ISO 9001 version 2015 » en reconnaissance de la qualité des prestations de formation assurées par l’Académie en conformité avec les normes internationales.

D’autre part, l’AIAC a signé en 2021 un accord de partenariat avec l’Université de Northumbria à Newcastle dans le nord-est de l’Angleterre avec pour objectifs de renforcer la coopération académique et d’encourager la recherche scientifique avec cette université leader dans le domaine de l’enseignement de qualité et des méthodes de recherche modernes.

L’AIAC a, en outre, conclu un accord de partenariat avec l’Institut national des sciences appliquées en France en vue de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de l’ingénierie, de développer des programmes de formation et de recherche scientifique et de favoriser l’échange des étudiants.

Par ailleurs, les étudiants de l’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile ont remporté le premier prix de la compétition internationale « Arab lot & AI challenge » organisée lors de la conférence mondiale sur l’intelligence artificielle et l’Internet des objets et visant à promouvoir la recherche et l’innovation dans les domaines de l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.

Dans le cadre du programme « Erasmus Plus », considéré comme l’un des programmes phares de l’Union européenne qui s’intéresse notamment à l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, l’AIAC a bénéficié du financement de l’un de ses programmes tendant à encourager et à soutenir l’enseignement et la recherche scientifique.

S’agissant du bilan de la formation continue pour l’année 2021, le département chargé de la coopération, de la recherche scientifique et de la formation continue, ainsi que l’Institut de sûreté de l’aviation civile (CSAI), qui est un centre agréé par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), ont mis en œuvre un programme de formation dans divers domaines et 539 stagiaires ont bénéficié d’une formation dans les domaines de la sécurité et la sûreté de l’aviation civile, l’exploitation des aéroports, le sauvetage et la lutte contre les incendies et le transport de marchandises dangereuses.

Q- La célébration de la Journée de l’aviation civile internationale constitue une étape pour explorer les opportunités d’emploi. Quel est le bilan de l’AIAC pour cette année ?

R- L’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile a célébré, le 7 décembre 2021, la Journée mondiale de l’aviation civile qui coïncide avec la date de création de l’Organisation de l’aviation civile internationale en 1944, et cet événement a été l’occasion de faire connaître le rôle que joue l’OACI pour assurer la sécurité, l’efficacité et la régularité du transport aérien international, et sensibiliser le public à l’importance de l’aviation civile dans le processus de développement économique et social des pays.

Concernant l’intégration des diplômés de l’Académie dans le marché du travail pour cette année, il est souligné qu’en dépit des pertes sans précédent subies par le secteur de l’aviation à l’instar d’autres secteurs, l’Office national des aéroports (ONDA) veille activement à embaucher tous les diplômés des filières « Contrôleur de la navigation aérienne » et « Electronique de la sécurité de la navigation aérienne » dans les différents aéroports Royaume.

Pour les diplômés des filières du génie informatique, génie électronique et des communications, génie industriel et de production, la qualité de la formation reçue à l’AIAC leur ouvre des horizons professionnels et facilite leur intégration dans le marché du travail.

Toutefois, à cause des changements dramatiques qu’a connu le marché du travail cette année en rapport avec les impacts de l’épidémie du Coronavirus, le nombre de diplômés ayant bénéficié d’un emploi est beaucoup inférieur au nombre habituellement enregistré.

Q- Quelle est la stratégie définie pour cette année ?

R- L’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile s’engage à œuvrer en conformité avec les orientations générales et les projets stratégiques menés par l’Etat visant à adopter une politique d’ouverture sur le monde en renforçant les relations avec les organisations internationales concernées par les questions aéronautiques.

De même, l’AIAC consacre ses efforts pour connaître les défis actuels, répondre aux exigences du moment, accompagner le développement académique et technologique et mettre à niveau le système de formation en adoptant des mécanismes modernes.

La stratégie d’avenir de l’AIAC tend notamment à améliorer la formation et à développer ses programmes en adéquation avec les besoins du marché du travail, tout en œuvrant pour que l’académie devienne le premier centre de formation d’excellence dans le monde arabe et en Afrique à travers le développement de partenariats au niveau national et international.