Lever de rideau sur la 15ème édition de Jazzablanca Festival

Le coup d’envoi de la 15ème édition de Jazzablanca Festival, a été donné, vendredi soir à Anfa Park à Casablanca, avec des concerts proposant un voyage singulier à travers les genres musicaux.

Pour son retour après deux années d’absence en raison de la pandémie de Covid-19, ce Festival, qui se poursuivra jusqu’au 3 juillet, promet aux mélomanes de vivre une expérience musicale unique, dans une ambiance de partage et de convivialité.

Sur la Scène 21 du Festival, qui met en vedette les artistes marocains et africains, le public a vibré, lors des concerts d’ouverture, au rythme de sonorités alliant jazz, blues, rock ou encore fusions gnaouies.

Pour cette première soirée de Jazzablanca, le groupe marocain « Bab L’Bluz » a ouvert le bal, interprétant des titres de son premier album « Nayda ! ».

Avec son répertoire qui forme une fusion entre rock psychédélique, blues et traditions gnaouies, « Bab L’Bluz » a littéralement conquis le public casablancais.

Dans une déclaration à M24, la chaine d’information en continu de la MAP, Youssra Mansour, co-fondatrice de la formation marocaine « Bab L’Bluz », s’est dite « très heureuse » de retrouver le public marocain à l’occasion de la 15ème édition de Jazzablanca, après deux années difficiles à cause de la pandémie de Covid-19,

S’agissant du style musical de son groupe, elle a précisé que « Bab L’Bluz » mêle musique traditionnelle et sonorités actuelles, tout en « mettant en valeur nos instruments qui sont le guembri et le awicha ».

Le groupe souhaite transmettre son message artistique et partager sa musique avec un public de tout âge, a ajouté Youssra Mansour, notant que « le plus important pour nous, c’est de rassembler dans l’amour et le respect ».

Après « Bab L’Bluz », c’était au tour du musicien et arrangeur éthiopien, Mulatu Astatke, de plonger les spectateurs au cœur de l’univers de « l’éthio-jazz », un genre musical né au début des années 1960 en Ethiopie, sous les influences du jazz, de la musique traditionnelle éthiopienne, de la musique latine, de la soul/funk et de la musique pop anglo-américaine.

Connu comme étant le père de l’éthio-jazz, Mulatu Astatke a gratifié les spectateurs d’une prestation artistique pleine d’entrain, revisitant les plus célèbres titres de sa discographie.

Après sept premières années au Mégarama Casablanca et sept autres passées à l’Hippodrome Casa-Anfa, Jazzablanca s’installe désormais à Anfa Park. Les artistes prenant part à cette édition se produisent sur deux scènes : La scène du Village, rebaptisée Scène 21, en hommage à la piste d’atterrissage de l’ancien aéroport Casa-Anfa, qui était marquée par le chiffre 21, et la scène Casa Anfa.

Au programme de cette 15ème édition de Jazzablanca Festival figurent des concerts présentés par de grands noms de la scène nationale et internationale: Ibrahim Maalouf, Gilberto Gil, Asaf Avidan, Ben Harper & The Innocent Criminals, Erik Truffaz feat Hamid El Kasri, Majid Bekkas, Oum ou encore Natasha Atlas.

Lancé en 2006, Jazzablanca est le festival international de Jazz et de musiques actuelles de Casablanca. Il rassemble des milliers de festivaliers durant trois jours en juillet.

Jazzablanca présente de grands noms de la pop, de la soul, du rock, du funk, de la world music et du jazz. Le Festival prend soin de renouveler sa programmation avec la volonté de proposer des concerts exceptionnels, de la découverte de nouveaux talents à la rencontre de légendes internationales.