Tenue de la 10ème édition de la Journée nationale pharmaceutique des Doukkala

Le syndicat des pharmaciens de la province d’El Jadida a organisé, samedi, la 10ème édition de la Journée nationale pharmaceutique des Doukkala, sous le thème « Régionalisation des conseils de l’Ordre : attente de la profession et limites du projet de loi 98-18 ».

Les débats ont porté sur plusieurs questions ayant trait notamment aux contraintes de la profession de pharmacien et aux moyens de faire face à la problématique de la promotion des médicaments d’origine inconnue sur les réseaux sociaux.

L’accent a été également mis, lors de cette rencontre, sur le rôle de la loi dans la lutte contre le circuit illicite des médicaments et produits de santé.

Les intervenants ont souligné que la loi n° 17-04 portant code du médicament et de la pharmacie comporte nombre de disposition relatives à l’offre de médicaments, la fabrication, l’importation et l’exportation, la vente, la distribution, outre la publicité relative aux médicaments.

S’exprimant à cette occasion, Maitre Abdelhak Dahbi, chef de l’unité des contentieux à la présidence du ministère public – Rabat, a souligné l’importance de la sécurité des médicaments et des produits de santé au Maroc, qui s’inscrit dans le cadre de l’intérêt accordé à la sécurité sanitaire des citoyens au Maroc, laquelle revêt une dimension constitutionnelle.

Il a fait observer que le ministère public a accompagné la législation relative au secteur de la santé à travers des notes et des circulaires visant l’application rigoureuse de la loi et à lutter contre des fléaux qui menacent la sécurité sanitaire et médicamenteuse des citoyens.

Et de relever, dans ce sens, que le ministère public a publié une circulaire le 7 mai 2021 pour lutter contre la vente et la commercialisation illégales des médicaments et des produits non médicamenteux, vu le danger que cela puisse représenter sur la santé publique.

D’autre part, Maitre Dahbi a relevé que les Parquets généraux au niveau des différents tribunaux du Royaume ont établi 43 procès-verbaux en 2021 dans ce cadre, tandis que 34 personnes ont été poursuivies dans 31 affaires.

Pour sa part, Mohamed Mounir El Idrissi, substitut du procureur général du Roi à El Jadida, a jeté la lumière sur les aspects juridiques relatifs à la délivrance des médicaments psychotropes ou toxiques, affirmant que la loi marocaine a autorisé aux pharmaciens de vendre des médicaments et des dispositifs médicaux comportant des substances psychotropes à des fins médicales et thérapeutiques.

Il a précisé que la loi marocaine a réglementé la détention et la vente des médicaments et des dispositifs médicaux et a défini les infractions et les sanctions pénales visant à interdire la commercialisation illégale des médicaments.

En marge de la 10ème édition de la Journée nationale pharmaceutique des Doukkala, un hommage a été rendu à Maitre Abdelhak Dahbi, chef de l’unité des contentieux à la présidence du ministère public – Rabat et à trois pharmaciennes de Oulad Frej, El Jadida et Azemmour.