Yom Kippour : Cérémonie religieuse en mémoire à Feu SM le Roi Mohammed V et Feu SM le Roi Hassan II

Casablanca- La communauté juive marocaine a organisé, mercredi au temple Beth-El de Casablanca, une cérémonie religieuse à la mémoire de Feu SM le Roi Mohammed V et de Feu SM le Roi Hassan II et à la gloire Sa Majesté le Roi Mohammed VI et ce, à l’occasion de la célébration de Yom Kippour (jour du Grand Pardon) 5783/2022.

Lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée en présence notamment du Wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Saïd Ahmidouch, du président du Conseil de la région, Abdellatif Maâzouz et de nombreuses personnalités civiles et militaires, des prières ont été élevées à la mémoire de Feu SM le Roi Mohammed V et de Feu SM le Roi Hassan II, que Dieu ait leurs âmes.

Des prières ont également été élevées pour préserver Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et pour combler le Souverain en les personnes de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, SAR la Princesse Lalla Khadija, SAR le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’illustre famille Royale.

A cette occasion, le président des communautés juives du Maroc, Serge Berdugo s’est dit heureux et fier de « recevoir en ce lieu et jour sacré de Kippour les honorables personnalités », notant que l’année 5783/2022 a été marquée par la décision du Commandeur des Croyants, SM le Roi Mohammed VI, de doter la Communauté Juive d’un nouveau statut légal.

« C’est un acte refondateur d’une nouvelle Communauté Juive qui s’inscrit dans le cadre de l’évolution du Maroc moderne et permettra l’épanouissement des valeurs du Judaïsme marocain tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger pour le rayonnement du Royaume », a dit M. Berdugo.

L’architecture proposée par le ministère de l’Intérieur et approuvée par le Souverain « répond aux vœux exprimés par les instances communautaires », s’est-il félicité, notant qu’un Conseil national du Judaïsme marocain assurera la gestion des Communautés sur tout le territoire national, et une Commission dont les membres seront nommés par le Souverain représentera la diaspora des Marocains de confession juive résidant à l’étranger.

Et d’ajouter que dans le cadre de ce nouveau statut, une Fondation aura pour objet de « sauvegarder, pérenniser et valoriser le patrimoine culturel matériel et immatériel du Judaïsme marocain comme partie intégrante de la civilisation marocaine », relevant que dans l’attente de la promulgation des textes de lois et des décrets d’applications et la mise en place dans un proche avenir d’une représentation idoine des populations juives du Maroc, « il est de la responsabilité de chacun de prendre les initiatives permettant une évolution consensuelle et harmonieuse de la vie communautaire ».

M. Berdugo a saisi cette occasion pour passer en revue les multiples actions et initiatives visant à préserver le patrimoine culturel et religieux juif, citant à cet égard, l’inauguration de la Synagogue Assayag à Tanger, l’ouverture officielle de l’Espace Muséal juif de Tanger au sein de la Synagogue Assayag, le lancement du Centre d’Etudes et de recherches sur le Judaïsme du nord du Maroc (CJNM), l’inauguration du Cimetière réhabilité, la Synagogue El Kahal, et le Mikve (bain rituel) à Assilah construit en 1860 et la réhabilitation des Cimetières de Larache et le sauvetage de la tombe du Tsadik Yossef Hagalili au coeur même de la Médina de Larache.

M. Berdugo a cité aussi la Hilloula des Tsadikim de Meknès, qui a coïncidé avec l’inauguration du Cimetière réhabilité du vieux Mellah de la ville, et qui a connu une « belle affluence avec plus de 400 pèlerins et 10 grands rabbins venus du monde entier ».

Le président des Communautés juives du Maroc a tenu à souligner que dans cette phase de profonde mutation, « il est du devoir de tout un chacun de se mobiliser pour assurer le consensus au sein de la Communauté et la pérennité du patrimoine matériel et immatériel du judaïsme marocain ».

La cérémonie a connu l’affluence des membres de la communauté juive venus célébrer ce jour sacré dans un climat empreint d’émotion et de piété.